21 mai 2019

MOTS À MAUX

Voici mes mots de la semaine :

Elle était une histoire triste
perdu dans la caresse
d’une fausse amitié
pour ne plus jamais être la cible
- Denis Roy

1,
quand je me sentirai tout triste sans envie de rien
je me rappellerai ces moments de joie
où j’étais si bien dans les bras de l’amour
parfaitement abandonné et pourtant plein de paix
- Raoûl Duguay dans Nu tout nu

2,
Je vis
tes lèvres livrées
au cou offert

Je vis
ton corps ancré
au ventre nu
- mon amie Danoue Courtemanche

3,
Les arabesques de l’arc-en-ciel
aux doigts de l’artiste
réchauffent la toile comme bon vin
- Paul Meunier dans La Palette du Peintre

4,
Celle qui dit aujourd’hui adieu à celui qu’elle aime,
Que de sa douleur elle fasse une force!
À nos enfants nous jurons, nous jurons aux tombes
Que personne ne nous forcera à nous soumettre
- Anna Akhmatova dans Léningrad (1940)

5,
Repose-toi, mon âme, en ce dernier asile,
Ainsi qu’un voyageur qui, le cœur plein d’espoir,
S’assied, avant d’entrer, aux portes de la ville,
Et respire un moment l’air embaumé du soir
- Alphonse de Lamartine dans Le Vallon

6, tu iras seule avec le regard avoué des impostures les grands chemins de l’enfance pour bouclier comme on supplie les hivers de mourir comme on demande à des déesses fourbues de retrouver l’incantation première – Christiane Frenette dans Indigo nuit

7, Le soleil du Ruisseau à Rebours sortait de la mer le matin et se couchait le soir dans les nids d’albatros – Félix Leclerc dans Le hamac dans les voiles

8,
Le bois me parle
Je parle au bois
Les roches pleurent
Les montagnes me parlent
Pour que je les déplace
Mylène Bouchard dans L’imparfaite amitié

9,
Le stylo de l’un est le stylet de l’autre
C’est la même encre qui congédie et vous couvre de richesses
- mon ami Normand Lebeau dans Le diplôme de la volonté

10,
Échevelé
le chêne s’étire dans le noroît
élance son ombre sur le champ jauni
m’accueille à branches ouvertes
- Julie de Belle dans Le chêne roux

et quelques champignons …






et pour celles et ceux qui suivent mes activités littéraires :

Dimanche 26 mai 2019 de 11h à 16h30 : Je serai au Salon Espace Livres du MUSO, 21 rue Dufferin, Salaberry-de-Valleyfield. Je vous y attends.

Jeudi 30 mai 2019 de 19h à 22h : Micro-libre de Parole & Poésie à L’Archipel, 406 Principal à Cowansville (J2K 1J7). Vous devez vous inscrire, et au micro-libre et à l’Archipel afin d’être assuré d’avoir une place.

Vendredi 31 mai 2019 de 19h à 22h : Micro-Libre au Café du passeur, 242 chemin des Patriotes Nord à St-Hilaire J3H 3H3

12 mai 2019

MOTS À MAUX

Voici mes mots de la semaine ...
... je sais, un peu plus tôt que de coutume.

Mais je voulais en profiter pour jaser avec vous
de la Fête des Mères


JE ME SOUVIENS …

Je me souviens de ce ventre trop rond
d’un garçon déjà tapageur
à l’heure où nous consumions …

… comme un souvenir de nos gestes
et du regard qui en redemandait
sur des langes encore si blanches
de nos corps tous juvéniles.

Je me souviens d’avoir parcouru
cent bornes
ce ventre
de mes lèvres sanglotantes de joie,
honorant cette couverture que
maternellement,
déjà tu lui offrais
comme toit
é-moi,
baignant dans un bonheur
dont il n’avait d’or aucune idée.

Je me souviens que tant fragile
j’avais mis toute ma confiance
dans tes mille possibilités,
prosterné la tête bien haute
pour que tu te saches à l’abri
de ma frémissante présence.
De mes moites mains
je caressais ta force
pour me rassurer,
je caressais demain
pour vous savoir.

Je me souviens de la douceur de tes yeux
qui prenait soins de mes craintes
regardant devant
cent peurs.
Tu puisais
dans ce petit être de rien du tout
qui était déjà tant.

Je me souviens de ses petits bras,
ses yeux à peine ouverts,
sa mignonne bouche balbutiant des vouloirs,
si petit entre toi et moi
et si grand dans nos songes pour demain

Je me sentais si petit à côté de toi
la maman de rêve

Denis Roy
Saint-Jean-sur-Richelieu