09 février 2008

08 février 2008

ENTRE TOIT ÉMOI

STEVE TROTTIER EXPOSE


La Ville de Chambly invite la population à voir l’exposition du photographe chamblyen Steve Trottier, intitulée «Un regard sur l’Inde du Nord», qui se tiendra du 31 janvier au 25 février à la bibliothèque municipale de Chambly, 1601, avenue Bourgogne, aux heures d’ouverture de la bibliothèque.
En visitant l’Inde du Nord, le photographe a été marqué par le contact humain et chaleureux des Indiens. Les regards saisis trempent dans la profondeur de leur souffle de vie. Désireux de rencontrer le Dalaï-Lama, à la suite d’un troublant périple au Tibet, il partage l’histoire d’un pèlerinage hors du commun, au cœur d’une des plus vieilles civilisations.
Steve Trottier est un voyageur et autodidacte de la photographie, qui aime s’aventurer hors sentier. Son art est empreint de l’âme de ceux qu’il photographie, guidé par son intuition. Il aime prendre les gens et les animaux de près, aller chercher l’émotion, la rendre réelle au point de s’y croire sur place. Il les cadre également dans leur univers et leur décor de façon spectaculaire. Pour Steve Trottier, la photographie est plus qu’un art, c’est une passion.
Les amateurs qui le désirent auront la chance de rencontrer l’artiste, dans le cadre d’un café-rencontre, le dimanche 3 février, de 11h à 13h, à la bibliothèque.
Renseignements : Service loisirs et culture au 450.658.1778 ou loisirs@ville.chambly.qc.ca

PÈRE-SOT


Felberg, Schwarzwald (Foret Noir)

07 février 2008

MUSE-HIC


Jeudi 7 février: à 20 heures, chez Art[o] la coop créative, 2, rue Saint-Georges à Saint-Jean-sur-Richelieu, soirée de jazz avec comme invité spécial François Richard, flûtiste

PÈRE-SOT


église d'Iberville,
vue de la bande du canal Chambly

05 février 2008

MOTS À MAUX

Voici mes maux de la semaine:

1. La solitude est l'aphrodisiaque de l'esprit, comme la conversation celui de l'intelligence (Emil CIORAN)

2. Le bon sens est le bouclier que l'intelligence brandit quand elle est fatiguée d'argumenter (Charles Dantzig)

3. Lorsqu’une société néglige de nourrir ses penseurs, elle ne les mérite pas

Et cette semaine, mes précieuses photos me proviennent de mes proches (Dans l'ordre, Chantal, Christian, Robert, Sylvie et Yvon)






PÈRE-SOT

ENTRE TOIT ÉMOI


LES ÉTUDIANTS DE RACICOT JOUENT UNE PIÈCE SUR LA GUERRE

Les étudiants en art dramatique, 5e secondaire, de la polyvalente Chanoine Armand-Racicot présenteront la pièce «War» le jeudi 7 février à 19 heures ainsi que le vendredi 8 février à 18h30 et à 20h30.


«War» prend la forme d'un «bricolage» d'Étienne Fortin à partir de textes de Boris Vian, Kurt Schwitters, Jacques Brault et différents autres auteurs.

Comme on peut s'en douter, la pièce traite de la guerre, de l'être humain à l'intérieur de ces conflits, le tout vu, entre autres, par Boris Vian le pataphysicien. Les personnages sont incarnés parfois par un seul comédien, d'autres fois par un choeur.

Cette pièce ludique permettra aux spectateurs de vivre différentes émotions et d'être au centre du spectacle, souligne Éric Yelle, professeur et metteur en scène de la pièce.

Le coût des billets pour assister à «War» est de 6$ par personne. À noter que seulement 100 places sont disponibles pour chacune des représentations. Pour réserver, le numéro de téléphone à composer est le 450 348-6134, poste 6355.

04 février 2008

MUSE-HIC

RÊVERIE

Ce n'est pas que le titre de ce délice musical que nous offre Marie-Andrée Ostiguy du bout de ces doigts de fée sur son piano. C'est un souffle de douceur, de mélodies qui entrent en nous pour y créer une chaleur digne d'un feu de foyer. Je suis conquis, j'aime et j'adore ... je m'y réfugie avec plaisir.

De plus, toutes les pièces ont été composées par l’artiste et ont été enregistré à l'Église de Saint-Charles-sur-Richelieu lors de son concert.

Un petit bijou à s’offrir.

Son site : www.Marie-AndreeOstiguy.com


03 février 2008

Ô PIGNON


Dans le journal Le Canada Français du 9 janvier dernier, madame Yvette Lapierre de Mont-Saint-Grégoire écrivait le texte suivant:


LES NOUVEAUX CURÉS!


Monsieur le directeur,

À peine ont-ils tourné le coin de la rue, les curés d’autrefois qui nous dictaient comment vivre de la cuisine à la chambre à coucher (carême et abstinence, avez-vous l’âge de vous en souvenir?) qu’ils ont été remplacés par de nouveaux curés, tout aussi convaincus de la justesse de leurs croyances et aussi désireux de nous les faire partager, de force s’il le faut!

Les interdits qui devaient nous mener au paradis céleste ont été remplacés par des interdits devant nous donner le paradis sur terre.

Il FAUT faire de l’exercice, des poids et altères, de la course à pied, de la natation, du vélo, de l’escrime, du patin, de la danse en ligne, n’importe quoi mais: il FAUT bouger sous peine d’être regardé comme traître à la nation, candidat à de longues et coûteuses hospitalisations et autres traitements médicaux aux frais de l’État.

Il FAUT manger sainement et éviter comme peste et choléra la «malbouffe» et les friandises sous peine d’être regardé comme traître à la nation …

Alors quoi, je me déguise en cellule de gras «trans» pour faire peur au monde à l’Halloween?

Certains veulent interdire les machines distributrices de petites douceurs si réconfortantes que l’on trouve ça et là dans notre quotidien. N’ai-je pas le droit d’accompagner de croustilles mon sandwich de luzerne au pain intégral quand bon il me semble?

Bon d’accord, c’est vrai, la moitié de ma famille a été emportée par le cancer (avant même l’invention du téflon) et l’autre moitié par des maladies cardiaques. Je me demande maintenant de quoi nous aurons le droit de mourir, bardés d’une aussi bonne santé que celle que nous procurera une vie aussi saine remplie d’interdits de toutes sortes!

Devrais-je, comme les pauvres fumeurs ostracisés à l’extrême, boire mon cola dehors dans la neige ou sous la pluie pour ne pas donner un mauvais exemple à quiconque? Coudons, mon libre arbitre est-il en train de se faire passer un sapin (à recycler)?

FIN DU TEXTE



Je me pose aussi beaucoup de question suite à toute cette publicité sur la malbouffe. Bien sûr qu'il y a plein de monde qui ne font pas d'activité sportive, demeurent devant le petit écran ou l'ordinateur de longues heures et s'empiffre allègrement. Mais :

Est-ce que je mérite la prison ? Va-t-on m'enfermer d'en un enclos comme pour les fumeurs ? (je vous rappelle qu'il n'y a pas de fumé secondaire dommageable dans la bouffe)

Est-ce qu'on a oublié qu'il n'y a pas tellement longtemps, nous avons tenté de combattre l'anorexie chez les jeunes ? Et qu'en est-il de l'estime de soi de l'adolescente lorsqu'elle s'appercevra qu'elle n'est pas en mesure d'atteindre les normes de notre société et/ou gouvernementals en matière de poids ?

Est-ce qu'on a oublié que nos jeunes sont en pleine croissance, que leur corps grossit, se reforme et ... qu'ils ne sont pas obligé de suivre le régime de maman ou papa qui se retrouve sur le marché du célibat et qui veut "pogner" à nouveau ?

Est-ce que l'on croit vraiment que de prendre en "pellules" les nécessités de notre corps pour ne pas avoir a les bouffer dans notre assiette compense réellement ? Je vous rappelle que les astronautes sont généralement des gens avec une forme physique au dessus de la norme et que la raison première pour laquelle ils gobent des "pellules" c'est parce qu'il n'y a pas de place pour un congélateur et une dépense dans la navette.

Enfin! Vous vous faîtes votre propre idée sur le sujet. Moi, je mange!


PÈRE-SOT