24 mai 2008

PÈRE-SOT


Ô PIGNON

Dimanche dernier, j'étais invité au 30e anniversaire du camp de vacance l'Estacade. Dans le mois précédent, j'avais reçu une invitation et la semaine suivante, on me contactait pour être certain que j'avais bien reçu la missive et que je serais présent. Imaginez, j'ai fais partie de leur conseil d'administration que 17 mois et on me demandait d'être présent pour souligner l'événement. À la Commission scolaire (CS), j'ai donné 17 ans d'engagement et on a réussi à manquer mon invitation pour souligner les départs en novembre dernier.

C'est sans doute Robert Bourassa qui avait raison, la mémoire en politique n'a que 6 mois. Même le VP de la CS, que j'ai côtoyé toutes ces années a eu de la peine à me regarder lorsque je me suis présenté a sa table pour le saluer. Enfin, je ne suis pas vraiment surpris, simplement déçu.

Puis, le DG de l’Estacade a profité de l’occasion pour informer les participants à la rencontre, du projet de près de 320,000$ pour l’érection d’un bâtiment qui permettra de poursuivre les activités en temps pluvieux et tout au long de l’hiver. Donc, une Estacade ouverte à l’année.

Soulignons que le but de l’Estacade est de prévoir un camp de vacance à un coup avantageux afin de permettre la participation des jeunes en milieu défavorisé.

Photo des gens engagés au fil des ans avec l’Estacade :


Pelleté de terre afin de souligner les débuts de construction pour le nouveau bâtiment :


Mon copain François (président du CA de l’Estacade) et moi :


23 mai 2008

BONNE FÊTE CHÈRE NIÈCE

Un 23 mai … ça me rappel aussi qu'un petit bout de femme voyait le jour. Et moi, tout jeune et tout fier, devenait « Mon’Oncle » pour la première fois. Et maintenant, je m'apprête a devenir grand-père, faut croire que le temps passe vraiment rapidement


Bonne fête Josiane!

22 mai 2008

ENTRE TOIT ÉMOI


C'est pour une bonne cause ...

Un prof génial (Antoine Leblanc, un récidiviste qui a déjà fait un projet théâtre à Richelieu avec des élèves du primaire) a préparer un petit projet pour les élèves de l'école primaire Sacré-Coeur à Iberville.

Voici ce qu'en disait le Canada Français la semaine dernière:


École Sacré-CœurLes étudiants veulent vous montrer leur film
Marie-Josée Parent


Les élèves de sixième année de l'école primaire Sacré-Coeur, à Iberville, ont découvert le monde du cinéma en tournant leur propre film. Le long-métrage de 60 minutes, bilingue, intitulé 2gether: unis dans notre différence, sera présenté au public lors d'une soirée spéciale, le 22 mai, à 19 heures.


Le professeur d'anglais, Antoine Leblanc, a lancé un défi hors de l'ordinaire à ses élèves finissants au cours de l'année scolaire. Convaincu des talents de cinéaste des jeunes, il leur a proposé de réaliser eux-mêmes un film à partir d'un scénario sur les différences culturelles qu'il a écrit.


Pour se faire, une trentaine d'enfants se sont portés volontaires pour travailler sur le projet en dehors des heures de classe. Deux journées pédagogiques et de nombreux midis ont été nécessaires pour tourner et monter toutes les scènes. En plus de la difficulté de réaliser un long-métrage, les étudiants ont dû parler dans les deux langues officielles, soit le français et l'anglais, à la manière des acteurs du film Bon Cop, Bad Cop.


«Le film raconte l'histoire de huit élèves, quatre francophones et quatre anglophones», explique Mélissa, l'une des actrices. Ils devront aller au-delà de leur différence pour trouver un moyen de se débarrasser du directeur, M. Renaud, qui leur fait la vie dure».


La dimension interculturelle du scénario d'Antoine Leblanc est d'ailleurs inspirée d'une situation réelle qu'il a vécue. À Lacolle, les élèves du primaire côtoient régulièrement des enfants parlant une langue étrangère à la leur.


Première
Pour arriver au produit final, chaque personne avait sa propre tâche, allant de celle de caméraman à monteur vidéo, en passant par les preneurs de son et les éclairagistes. Au cours du tournage, les élèves avouent avoir rencontré plusieurs difficultés telles que le maniement de la caméra et la prononciation des phrases en anglais. Pour cette raison, plusieurs scènes ont dû être tournées de nombreuses fois. Le record ayant été de 33 prises pour obtenir le résultat désiré.


Après plus d'un millier d'heures de travail, les apprentis-cinéastes seront fiers de présenter leur film le 22 mai. Il sera projeté dans le gymnase de l'école à 19 heures. Les billets pour la représentation, au coût de 5$ par adulte et 3$ par enfant, sont en vente par Internet auprès de l'enseignant responsable, Antoine Leblanc. Il est possible de communiquer avec lui par courriel, à leblanca1@edu.csdhr.qc.ca.


Tous les élèves fréquentant la commission scolaire des Hautes-Rivières seront accueillis gratuitement. Les fonds recueillis seront remis au Relais pour la vie, organisé par la Société canadienne du cancer.

PÈRE-SOT

Les mêmes "girls" que l'autre jour, jouant les espiègles après s'être sortie de la neige




Et pourquoi pas quelques bonnes fraises pour terminer le pic-nic à St-Bruno

20 mai 2008

MOTS À MAUX

Voici mes mots de la semaine:

1. Je m’aime si peu, alors que m’importe d’ouvrir les jambes pour tous ceux qui semblent m’aimer un peu (Marie-Sissi Labrèche) – Lorsque j’ai lu cette phrase dans Borderline, ça m’a sauté au visage, comme toute cette misère que vivent des gens parfois si près de nous, mais en même temps, si loin …

2. La statistique est la première des sciences inexactes. Les chiffres sont des innocents qui avouent facilement sous la torture – J’ai toujours pensé que l’on peut faire dire ce qu’on veut des chiffres

3. Le plus déprimant, dans certains milieux de travail ici même au Québec, est qu’il faut refranciser les francophones, les secouer pour qu’ils cessent de se parler et de s’écrire en anglais. Mais ils sont tellement colonisés et si peu respectueux de leur langue que l’idée même de passer au français les prend au dépourvu

... et des images que pour vos yeux!







PÈRE-SOT


19 mai 2008

MUSE-HIC


Alors voilà, j'étais au spectacle d'Amalgame samedi soir, et suis toujours sous le charme. Encoure une année de travail qui se termine par un excellent show

PÈRE-SOT




Certaines excursions sont plus difficile que d'autres ... où certaines personnes ont de plus en plus de difficulté a faire des excursions ... c'est selon !