07 novembre 2019

05 novembre 2019

MOTS À MAUX

Voici mes mots de la semaine :

Sur mes joues rondes
a séché le trajet
d'un sombre rejet

et j'hésite
à laver mon visage
- Denis Roy

1,
Je me souviens d'un clair de lune sur une mer étale …
C'était comme apprivoiser dans tes bras jusqu'à la plus infime rumeur des vagues, d'une mer qui n'en finissait pas de s'étirer pour s'emperler dans tes océans.
- mon amie Véronique Riera-Ciancanelli

2,
L'aurais-je assez dit que j'use de l'écriture
comme d'un marais d'encre noire
quelquefois blonde aux yeux verts?
- Denis Vanier dans La discipline du désir

3,
l'infiniment grand

la brise caresse ma peau laiteuse

je vivrai à jamais
pour saluer l'aurore
- mon amie Dolorès Vary dans Perles irisées

4, Entre l'exactitude scientifique et la poésie du mythe, il arrive que mon cœur s'incline du côté du rêve – Boucar Diouf

5,
C'est comme un souffle
Qui fait taire une voix
C'est comme un vœu
Qui fait qu'on y croit
- mon amie Laurie Dubé dans Doux sourire

6, L'été s'en est allé aussi quand septembre est survenu en accrochant des couleurs aux arbres. Les feuilles heureuses dansent dans leurs beaux atours – Louis-Marie Kimpton dans Enfin! L'automne

7,
Je suis le jour qui rétrécit
Avare de lumière
Tant pis pour les dépressifs
J'aime ma misère accompagnée
mon amie Christine Sauriol dans Novembre

8,
Et là le fier monde est content
il jujubilationne
il remercenaire le solonel
il se dévote pour lui
et le solonel c'est pas long il le prend le vote
et avec lui ça traine pas
c'est toujours le vote à main armée!
- Sol dans Le fier monde

9,
à genoux nous atteignons l'âge
où l'on revient sur ses pas
- mon amie Monique Pagé

10, Je trouve les fêtes plutôt tristes. Surtout celles où tout le monde se démasque en se déguisant – Frank Ronan dans Les hommes qui ont aimé Evelyn Cotton

et les COULE HEURE de la région de Magog :