01 mars 2021

MOTS À MAUX

Voici mes mots de la semaine :


Ses lèvres frappent

à la porte des miennes

là où ma langue

ose le sel et le mystère


Les toasts brûlées

attendront que s'épuise

ma faim

- Denis Roy


1,

Une route s’émiette

en petites croûtes de catastrophes

sur des milles de souffrances

- mon ami Marco Geoffroy dans la revue Exit No 91


2,

Il installe une étoile au cœur de sa peau

verbe les sons

amidonne l'aurore

honore la Terre

- mon amie France Bonneau dans Poèmes entrelacés


3,

Depuis que j’ai lu ta lettre

Le soleil vit de l’autre côté de la rue

Et toutes les fleurs meurent

Avant d’être cueillies

- mon ami Pierre Poulin-Piel dans L’encre du cœur


4,

Je suis la brume aurore aux vêtements opales,

Les midis accablés, les soleils jaillissants;

Je suis la brise bleue et j’ai mille cymbales

Qui tintent en cadence à mes pieds bondissants

- Éva Sénécal dans Invitation (1929)


5,

Derrière les buissons

l’onaniste polisson

Secoue sa branche

- mon ami Normand Lebeau


6, … dépassionnée comme la conscience … - Anna Akhmatova


7,

Sur le cresson de la fontaine

Où le cerf boit, l’oreille au guet

De sa main cachée il égrène

Les grelots d’argent du muguet

- Théophile Gautier dans Premier sourire de printemps


8, On avait pas grand-chose sous l'arbre (de Noël), mais on s'en faisait un beau quand même – Patsy Gallant dans Ma vie en Technocolor


9, J'espère qu'un jour on sera vieux ensemble, Emma. Qu'on va se bercer sur la galerie, le dimanche, en attendant que les enfants viennent manger à la maison – Marc Séguin dans La foi du braconnier


10,

Nous marchons tous

sur la même route


mais personne ne connaît

le chemin de l'autre

- Anize Koltz dans Somnambule des jours


11,

Moi, pour devenir un sercheur, j'entrerais

à l'adversité et je poursuivrais de longues inquiétudes

et après des années à soutenir toutes sortes

de prothèses … je deviendrais un prof.

Je serais la relève!

La relève tu sais, c'est celle qui pousse

sur les vieux pour les relever...

les vieux avec leurs facultés tant tellement affaiblies

qu'ils sont obligés d'écrire les mémoires

avant de la perdre complètement

- Sol dans La tête chercheuse


12,

Le silence crie son absence partout

Et le poids des maux est lourd à supporter

Le jour me fait face et je veux oublier

Car c'est le souvenir qui me rend fou

- Gwendoline Côté dans Pour l'instant 12-13


et … prêt pour le décollage!








 

22 février 2021

MOTS À MAUX

Voici mes mots de la semaine :


J'ai traîné mes bottes

dans tes sortilèges

et cueillis à tes lèvres

tant angélique solfège

- Denis Roy


1,

Le souffle sur sa peau

se laisse prendre au jeu

et s'immole en prières

- Claudine Bertrand dans Jardin des vertiges


2,

Le soir venu, les enfants couchés,

les vieux corbeaux et les vieilles fées

cousent cousent la martingale

au large manteau de rêve

- mon ami Jacques Boulerice dans Je ne sais plus pourquoi je veille


3, La fenêtre au-dessus de la table m'est précieuse. Je m'adresse à elle quand je pose mes questions, car en se taisant elle me montre la pointe des pins, le lac et le livre oublié dans l'herbe – Louise Warren dans Bleu de Delft


4,

La tristesse des lieux sourit, l'heure est exquise.

Le couchant s'est chargé des dernières couleurs,

Et devant les tombeaux, que l'ombre idéalise

Un grand souffle mourant soulève encor les fleurs

- Alfred Garneau dans Poésies


5,

On s'est réchauffés

Habillés de notre pudeur tropicale

Écoutant le désir qui perle comme la rosée d'un ciel d'automne

Et ton emporte-pièce sera notre château de sable

- Audreyanne Marcotte dans Pour l'instant 2012-13


6,

et si on détournait un peu nos yeux

des feux d'artifice?

des arbres vivent ici

dans leur modeste flamboyance

- Simon Boulerice dans Procès-verbal


7, Les femmes riches embauchaient parfois une jeune maman pour allaiter leur enfant, afin de ne pas abîmer leurs seins – Kim Thuy dans em


8,

Pourquoi ne sont-ils pas, ces feuilles incolores,

Des écrins parfumés, lumineux et sonores

Où je déposerais mon rêve intérieur,

les parfums, les rayons et les chants de mon cœur?

- Armand Dumont dans Le tourment poétique


9,

vendredi je me sauverai par ma fenêtre

on trouvera quelqu'un

pour nous sortir de la bière

on fera de la galerie quelque part

- Marie-Andrée Gill dans Frayer


10,

Le cœur noyé dans

le pouls

d'une autre

- Christian Roy dans Pile ou face


11,

dans l'azur ouvert de ce soir béni

j'ai vu l'aurore et j'ai tout pris

- Frédérique Marleau dans Feu de l'être


12,

mal étrange

cœur clarifié

la main touche

étonnée

le contour d'un visage sous mon visage

- Jacques Brault dans moments fragiles


et en image … va jouer dehors!









 

15 février 2021

MOTS À MAUX

Voici mes mots de la semaine … une semaine à saveur d'amour et de St-Valentin


Pourquoi m'empêche-t-elle

de dormir

alors qu'elle est la cause

de mes rêves

- Denis Roy


1, Ô lèvres en liesse que délivrent les heures lisses - mon ami Richard Monette dans Perle-mêle


2,

J'aimerais être une larme

pour voir la couleur de tes yeux

pleuvoir sur tes lèvres inertes

ruisseler sur l'échine de ton être


j'aimerais te sentir plonger

en ma chair imparfaite

- Anonyme dans Poèmes du lundi


3,

Nos prunelles perçoivent l'information

comme un spectacle

Une pièce de théâtre

où celui qui regarde a le premier rôle

- MC June dans Le corps de l'ombre


4,

et mes seins font des ombrelles

et me tissent belle

et ton corps fait des violences

si douces et si tendres

- Louise de Gonzague-Pelletier dans Saison québécoise


5, Les mots découvraient les branchies des poumons, les contractions du cœur, le frémissement des muscles.


Les mots ont la nostalgie du corps.

Pierre Étienne dans mémoire du silence


6,

nos lèvres mousseline

nos yeux d'abandon

nos mains

de noces souveraines


et les heures magiques

lavées de la crainte

déployant un solfège

d'étreintes

- Anne-Marie Bouthillier dans Recoudre les traces du vent


7, J'approche ma bouche et ta nuque. Nos deux cœurs ne cherchent plus. Le secret que tu portes meurt curieusement entre mes lèvres – François Charron dans Pour les amants


8,

Donnez-nous à baiser vos pures lèvres roses

Où va s’évanouir la tristesse des choses,

Laissez nos doigts errer dans vos boucles soyeuses

Pendant qu’on vous contemple, âmes délicieuses!

- Atala dans Caresses


9,

De ton corps en mes yeux

Je deviens vagabond de toi

- mon ami Pierre Poulin-Piel dans Vagabond de toi


10,

Le cœur éclaterait comme d'un son du cor
S'il entrevoyait dans l'espace
Tant de honte acceptée humblement, pour qu'un corps
Ne nous prive pas de sa grâce...

- Anna de Noailles dans Le désir triomphal


11,

Nos deux cœurs se touchent

et nos lèvres se répondent...

Ont n'as plus aucun doutes

ont veux être seul au monde.

- mon ami Claude Quesnel dans La dernière


12,

Câlinement

Tu t’enivres

De ce corps brûlant

Que tu possèdes

Et t’endors

Sanglotant silencieusement

- Sandrine Gagné dans Motionless


et l'Oie salvatrice au parc Honoré-Mercier (secteur Iberville) à St-Jean-sur-Richelieu